Transport


Le transport est le fait de déplacer quelque chose, ou quelqu'un, d'un lieu à un autre (destination), le plus souvent via des véhicules et des voies de communications (la route, le canal ..). Source Wikipedia


Chauffeur / Chauffeuse de taxi


Le chauffeur de taxi conduit les clients d'un point à un autre on dit qu'il fait une course. Pour cela il établie une stratégie de prise en charge : il doit savoir se trouver aux bons endroits (gares, aéroports, boîtes de nuit...) au bon moment.

Pour pratiquer son métier le chauffeur de taxi bénéficie d'une panoplie d'outils comme le compteur horokilométrique, l'indicateur lumineux de tarif, le système de communication radio, le système d'information trafic, le terminal de paiement, et un téléphone mobile.

Les conditions de travail sont parfois difficiles : stress de la conduite, contrainte d'être assis dans un véhicule pendant de longues heures, travailler de nuit ou les jours fériés. En contrepartie, le chauffeur de taxi a l'avantage de pouvoir organiser son temps de travail, être le seul maître à bord. Ponctualité, courtoisie et même psychologie valorisent le service rendu.







Taxi
Le taxi est un véhicule automobile terrestre privé, conduit par un chauffeur et destiné au transport payant de passagers et de leurs bagages, de porte à porte, contrairement aux transports en commun qui transportent les passagers entre des points prédéterminés (stations de métro, stations de tramway, arrêts de bus, gares).
Cependant, dans certains pays, il existe une différence entre les taxis communs et les taxis particuliers.
Le mot taxi provient du taximètre, appareil destiné à mesurer à la fois le temps et la distance d\'un trajet pour établir le montant à payer par le passager. Ce taximètre est également appelé compteur horokilométrique1.
Dans les pays industrialisés, les taxis sont généralement des automobiles équipées d\'un taximètre dont le fonctionnement est soumis à une vérification périodique de la part d\'un organisme indépendant (souvent dépendant de l\'État). Les taxis sont pour la plupart des véhicules automobiles haut de gamme.

Chauffeur de taxi.
On désigne également par taxi ou taximan le conducteur d\'un tel véhicule.
Dans la plupart des villes du monde, la profession de chauffeur de taxi est strictement encadrée. Il faut, pour l\'exercer, avoir passé avec succès un examen professionnel plus ou moins difficile selon le pays ou la ville.
Il faut ensuite avoir à sa disposition un véhicule autorisé. Cette autorisation, ou licence, n\'est accordée qu\'aux véhicules qui présentent certaines caractéristiques (comme la dimension, l\'habitabilité, ou la couleur de carrosserie) et qui possèdent certains équipements obligatoires (comme un taximètre, un signal lumineux, etc.). Mais alors que dans certaines villes comme Londres (Royaume-Uni) ou dans certains pays comme l\'Irlande, les Pays-Bas ou la Suède ces licences sont accordées dès que le véhicule remplit les conditions imposées, dans d\'autres endroits comme à New York, en France ou en Italie, le nombre de licences est contingenté. C\'est-à-dire que le nombre total de véhicules autorisés dans une zone géographique donnée (comme la commune ou l\'agglomération) est strictement limité. En cas de contingentement, et quand les licences de véhicules sont cessibles, leur rareté peut leur conférer une valeur vénale très élevée. Les propriétaires de licences ont alors intérêt à ce que la rareté soit au moins maintenue.
Sous la pression de la demande de transport, les autorités peuvent cependant décider d\'augmenter le nombre de licences. La manière dont sont attribuées ces nouvelles licences varie beaucoup d\'un pays à l\'autre. En France elles sont données, à New York ou à Hong Kong, elles sont vendues aux enchères.
Les licences peuvent être réservées à des chauffeurs sur la base d\'une licence par personne, on a alors des artisans-taxis propriétaires de leur licence. Elles peuvent aussi être accordées à des entreprises qui soit les louent à des chauffeurs soit emploient des chauffeurs salariés. Paris (France) et New York (États-Unis) ont un système mixte où un contingent de licences est réservé à des artisans et un autre contingent à des entreprises.
Après les chauffeurs et les propriétaires de licences, le contrôle de l\'autorité régulatrice peut s\'exercer sur un troisième niveau, celui du central d\'appel téléphonique pour la réservation de courses. Ces centraux peuvent appartenir à des associations d\'artisans-taxis, à des entreprises possédant des licences ou encore à des entreprises de logistique débordant largement le domaine du taxi. Parce que cette activité favorise les monopoles abusifs, l\'autorité régulatrice peut, comme à Stockholm (Suède), veiller à ce qu\'un nombre suffisant de centraux coexistent pour assurer la concurrence, elle peut aussi accorder le monopole d\'un central à une entreprise concessionnaire pour une durée limitée, comme à Genève (Suisse).


Ambulance
Une ambulance est un véhicule spécialement adapté et aménagé pour permettre le transport des personnes malades, blessées ou parturientes (femme sur le point d\'accoucher) vers un établissement hospitalier (public ou privé) -- hôpital ou clinique -- ou une unité de soins spécialisée (par exemple : soins de suite ou rééducation et réadaptation fonctionnelle).
Une ambulance dispose généralement du matériel nécessaire à la surveillance et aux premiers soins des éventuels blessés.
Dans la plupart des pays, les ambulances sont des véhicules prioritaires au regard des règles du code de la route.
es ambulances servent au transport de malades et de blessés. Ce sont des personnes affaiblies qui sont susceptibles de contracter des maladies plus facilement. L\'infection peut provenir des proches et de l\'entourage familial ou des lieux dans lesquels la personne a séjourné. Les malades peuvent contaminer les ambulanciers. Ou encore, les ambulanciers ou le matériel peuvent transporter les germes d\'un patient vers un autre patient. Le problème est similaire à l\'infection nosocomiale, bien qu\'étant légalement considéré comme distinct, car on ne peut pas maîtriser l\'environnement dans lequel on va chercher la personne.
Les ambulanciers doivent donc être formés à l\'hygiène et suivre des protocoles de nettoyage et de désinfection. Il est recommandé d\'utiliser le plus possible du matériel à usage unique.
Voici à titre d\'illustration quelques grandes lignes de l\'hygiène ambulancière.

Ambulancier
l\'ambulancier est un professionnel de santé paramédical qui a pour rôle la prise en charge et le transport de malades, de blessés ou de parturientes dans des véhicules de transport sanitaire adaptés pour des raisons de soins ou de diagnostic. Il administre si nécessaire les premiers secours seul ou assisté d\'une équipe médicale.
La notion et le rôle de l\'ambulancier varie en fonction des pays..

e rôle et la formation des ambulanciers dépendent de l\'organisation des secours dans chaque pays.
Dans les pays ou zones où la médicalisation est fréquente et décidée dès l\'appel téléphonique, le cas notamment des pays ayant développé un Samu (comme la France et la Belgique), le rôle des ambulanciers est le transport d\'une victime stabilisée (c\'est-à-dire dont l\'état de santé est peu susceptible d\'évoluer dans l\'heure qui suit) ; dans le cas inverse, ils sont assistés d\'une équipe médicale composée généralement d\'un infirmier et d\'un médecin (équipe SMUR).
Dans les pays où la médicalisation est rare ou inexistante, le médecin est appelé en renfort par l\'ambulancier, ou dans quelques cas est envoyé en première intention (cas des pays anglo-saxons, de l\'Europe du Nord et de la Suisse) : les ambulanciers se voient déléguer des gestes médicaux pour pouvoir transporter des victimes instables (paramedics).
Les formations proposées varient en fonction de la nature de l\'activité de l\'ambulancier. Ceux ayant une formation de secourisme peuvent transporter les victimes stables ou assister l\'équipe médicale. Leur formation s\'échelonne entre 90 et 800 heures de formations, concernant notamment les gestes de premiers secours. Les paramedics se voient déléguer des gestes médicaux dans le cadre d\'un protocole de soins (intubation trachéale, pose d\'une perfusion, administration de médicaments), et dont la formation dure de 900 à 5000 h.
Caractéristiques du métier
Ce n\'est pas un médecin : mais il doit faire un bilan à partir d\'une histoire, de signes, de symptômes afin d\'administrer les gestes de premiers secours et transmettre un rapport complet au personnel médical qui prendra en charge la suite des soins au patient.
Ce n\'est pas un infirmier : mais il applique des techniques de soins dans l\'ambulance pour assurer des positions correctes et le confort du patient pendant le trajet.
Ce n\'est pas un travailleur social : mais il est souvent en contact avec des personnes souffrantes, âgées, sans ressources, sans chauffage ou nourriture, vivant dans de pauvres conditions. Il doit connaître et comprendre les lois qui protègent les malades mentaux.
Ce n\'est pas une sage-femme : mais il est amené à assister les parturientes pendant le transport, ou pratiquer des accouchements à domicile, dans l\'ambulance ou dans des environnements non convenables pour la mère ou le bébé.
Ce n\'est pas un policier : mais il doit connaître, comprendre et appliquer le Code de la Route et les autres lois qui régissent la société.
Ce n\'est pas un sapeur-pompier : mais il doit connaître et appliquer les techniques de sauvetage, de manutention, les effets des substances toxiques.
Ce n\'est pas un mécanicien : mais il doit avoir des connaissances de base en mécanique pour détecter les pannes et entretenir son véhicule.
Ce n\'est pas un sociologue, un psychologue : mais il doit aider les gens dans des situations de détresse, dans les attitudes affectives et connaître la conduite à tenir suivant les cultures particulières. Il est amené à donner son avis sur des cas quand le médecin régulateur le lui demande.
Ce n\'est pas un directeur : mais il dirige une situation, projette à court terme, utilise des ressources propres pour achever un objectif établi, et manipule l\'environnement pour atteindre l\'objectif.
Ce n\'est pas un physiologiste : mais il doit être capable d\'identifier les effets physiologiques des accélérations/décélérations changement de direction sur l\'état de santé du patient qu\'il transporte.
Ce n\'est pas un pilote de course : mais il doit maitriser son véhicule et savoir apprécier la circulation qui l\'entoure pour mener l\'ambulance en sécurité sur le lieu d\'intervention, conduire son patient confortablement à destination, et rouler vite si nécessaire.

Ambulancier, c\'est entreprendre : une mission de secret professionnel que le Médecin lui confie par la prescription médicale de transport... un accompagnement attentif du patient dans le respect et la dignité humaine, afin d\'aider physiquement, surveiller, protéger, rassurer, transporter, conduire tout en veillant à l\'intégrité physique de son patient jusqu\'au centre de soin (cabinets médicaux, centres hospitaliers, autres lié à la santé du patient) compréhension et gentillesse, être rassurant et détendre l\'atmosphère. Entourer le patient avec le maximum d\'attention de sécurité et de confort.
Ambulancier, c\'est être disponible en attente pour aider le médecin lorsqu\'il juge sa présence nécessaire à ses côtés, et ou être disponible pour la famille qui accompagne le patient...
Ambulancier, c\'est accompagner ou aider le patient si le besoin en est nécessaire, et ou anticiper les démarches administratives (admission, sortie, consultation, prochain rendez-vous en centre de soins, prescription médicale de transport obligatoire pour la mission confiée par le médecin)
Ambulancier, c\'est appliquer des règles d\'usage non écrites mais de conscience : politesse, courtoisie, amabilité avec les professionnels de santé, discrétion avoir un mode de vie discret, celle-ci s\'applique tant dans la vie professionnelle que dans la vie privée. Ne pas parler négativement de la maladie au malade, de l\'hôpital du médecin (on ne critique ni les soins, ni la restauration)
Ambulancier, c\'est de l\'entraide, être courtois poli envers les professionnels de santé et autres acteurs du transport sanitaire.
Ambulancier, c\'est agir en professionnel, le respect des règles de droit écrites : la règlementation du transport sanitaire, le code de la route, code de la santé, ... on ne peut exercer correctement sa profession qu\'en connaissant correctement les règles qui la régissent. C\'est utile pour informer les patients sur les démarches à suivre, ainsi que pour remplir les formalités nécessaires à la prise en charge des transports.
Ambulancier, c\'est un travail de haute disponibilité (à tout heure) Pas d\'heure pour terminer, rien est prévu à l\'avance, tout est soudain comme la pause sauf l\'heure de début de journée...connue vers 20h00 le soir par un appel confirmé au téléphone.
Ambulancier, c\'est aussi être disponible pour l\'entreprise environ 06h00 "bénévolement" par semaine (voir les accords cadre du temps de travail), travailler deux samedis par mois entre 11h00 et voir 14 heures d\'amplitude, ou même le samedi et le dimanche avec ces amplitudes, deux fois par mois, et parfois n\'avoir aucune pause bien à lui... simplement un casse-croute entre deux transferts.
Ambulancier, c\'est être de garde départementale par tranche de 12 heures de suite de jour ou de nuit à tous moment au service du SAMU deux, quatre fois ou plus par mois selon l\'organisation interne de l\'entreprise d\'ambulances et préfectoral.
Ambulancier, c\'est assurer la gestion de l\'ambulance, remplacement et désinfection des matériels médicaux (date de péremption des produits) Veiller au bon état de marche de son ambulance.
Ambulancier, c\'est un combattant avant tout, un duel permanent avec son employeur qui est un commercial (le rendement financier, le cota) pour le patient qui est une vie en souffrance (demande de l\'écoute, de l\'attention)
X